C’est un des secteurs en tension en matière de recrutement. L’hôtellerie-restauration est à la recherche de personnel depuis des mois. Plusieurs centaines de milliers de postes seraient non pourvus, malgré les augmentations de salaires décidés en juin par la profession. Dans les Pyrénées-Orientales, le chef Christophe Comes, une étoile au Michelin pour son restaurant perpignanais, fonctionne avec la moitié de ses effectifs, sept personnes au lieu de quatorze.

En plus de la hausse des salaires, il avait rajouté 200 euros nets de prime mensuelle, mais pas de quoi attirer les candidats. Alors, il a pris la décision d’offrir à ses salariés un troisième jour de repos hebdomadaire et de n’ouvrir que du mercredi au samedi. Et visiblement, cela change tout : « Aujourd’hui, ce que le travailleur veut, c’est du temps libre. J’ai reçu une quarantaine de CV en deux jours, alors que j’ai peiné à en avoir huit en un an. Là, les candidats m’attendent devant le restaurant pour me donner leur CV« .

(…) Lire la suite sur France TV Info

- Publicité 4 -