lun 24 juin 2024,
16.7 C
Paris

Polémique | Au « Canfranc Estación, a Royal Hideaway Hotel », un cocktail au goût amer !

À trop vouloir la jouer "cool" et faire le buzz, certains qui se rêvent influenceurs en oublient l'Histoire et par trop "égocentrés" en oublient les autres ! Seul compte le Présent, le Passé, aussi douloureux soit-il, importe peu.

À lire

La Tribune de l’Hôtellerie
La Tribune de l’Hôtelleriehttps://latribunedelhotellerie.com
Le portail francophone dédié aux dirigeants du secteur de l'Hôtellerie Restauration internationale. Une tendance, une ouverture, une nomination ? La Tribune de l'Hôtellerie ! Pour tout connaître, tout voir et tout anticiper. #Actualités hôtelières #Hospitality News #Actualité hôtellerie

Comme le rapporte le journal « Sud Ouest », l’hôtel de l’ancienne gare ferroviaire de Canfranc avait « baptisé » l’un de ses cocktails « Gestapo »!

Dans une région durement frappée durant la Guerre d’Espagne, lieu de résistance et lieu de passage pour de nombreuses personnes venant de France occupée et fuyant le régime nazi ou de républicains espagnols y trouvant un peu de répit, dans ce lieu théâtre de multiples épisodes de Résistance, appeler un cocktail avec le nom de la police politique du régime nazi est non seulement d’une profonde bêtise mais montre également la limite de cette course au buzz , cette envie de choquer pour le « style » !

Rappelons également que la « gare de canfranc avait servi de transit dans les années 1940 pour les convois de minerais de l’Espagne franquiste vers l’Allemagne nazie », indique Sud-Ouest.

Dans le cas présent, on en est vraiment au degré ultime de l’ignorance (dans le meilleur des cas) conjugué à la méconnaissance historique et culturelle quant au lieu d’implantation de l’hôtel (ce qui est un comble à un moment où l’hôtel se veut le nouvel agora) !

Qui accabler ? Le management qui n’a pas « percuté » ou le  barman vraiment « claqué » comme repris sur les réseaux ? Devant la protestation des clients, le cocktail a été retiré de la carte précise le journal.

« Il n’en reste pas moins que la polémique a dépassé les murs du luxueux établissement. Le musée de la Résistance et de la Déportation de Pau a été mis au courant par les clients médusés. L’information est remontée jusqu’au Consul général d’Espagne à Pau, Alberto Carnero Fernandez, indique Sud-Ouest. » selon BFM 

Un tel évènement est de nature à faire réfléchir les managers à la communication directe ou indirecte des collaborateurs à travers soit leurs réalisations (comme ici une carte de bar) ou leurs reels ou posts sur les réseaux.

SourceSud Ouest
- Publicité -spot_img
spot_img

Dernières infos