mar 28 mai 2024,
10 C
Paris

Québec | La serveuse d’un restaurant l’oblige à laisser un pourboire

Des échanges entre une cliente et le restaurant Mikes de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, sont devenus viraux sur le web.

À lire

La Tribune de l’Hôtellerie
La Tribune de l’Hôtelleriehttps://latribunedelhotellerie.com
Le portail francophone dédié aux dirigeants du secteur de l'Hôtellerie Restauration internationale. Une tendance, une ouverture, une nomination ? La Tribune de l'Hôtellerie ! Pour tout connaître, tout voir et tout anticiper. #Actualités hôtelières #Hospitality News #Actualité hôtellerie

Dans sa publication Facebook de samedi dernier, Kate Girard explique qu’au moment de payer sa facture, la serveuse du restaurant a refusé de lui rendre sa monnaie parce que la personne avec qui elle était n’avait pas laissé assez de pourboire.

«On est allés au Mikes, ça a vraiment été très long. Notre expérience, ça a été 2h30 au complet. Après ça, vient le moment de payer, mon chum paye et ne laisse pas de pourboire. Après ça, c’est mon tour. Moi je veux en laisser. La madame, la serveuse ou la copropriétaire garde l’argent et me dit que mon chum aurait dû en laisser et que c’est normal que moi, je paye pour mon chum», explique Kate Girard, en entrevue à l’émission À vos affaires.

La jeune femme de Baie-Comeau ajoute qu’elle a demandé deux fois à la serveuse de lui remettre l’argent, mais en vain. (…)

Le restaurant Mikes de Baie-Comeau a répondu à son message en expliquant que «si le client ne prévoit pas un pourboire, le personnel de service paie pour vous offrir le service à la table».

Le restaurant invite ensuite la jeune femme à fréquenter les établissements offrant un service «sans pourboire» si elle ne souhaite pas en laisser.

En réponse, Katie Gingras explique qu’elle avait reçu un mauvais service.

La bannière MTY, la maison mère des restaurants Mikes, a tenu par courriel à offrir ses excuses. 

Le pourboire, un choix ou une obligation?

Cet échange soulève des questions sur le caractère obligatoire du pourboire dans les restaurants.

Pour Christopher Wells, président et cofondateur chez Piecemeal, «aller chercher des pourboires dans la main des gens, c’est totalement inacceptable». Article complet et vidéo sur Le Journal de Québec

- Publicité -spot_img
spot_img

Dernières infos