sam 25 mai 2024,
14.8 C
Paris

Restauration, hôtellerie, bâtiment… « Il y aura forcément des augmentations » de salaires

A cause de la difficulté des patrons à recruter des salariés ces derniers mois dans certains secteurs, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, estime qu'il y aura "des augmentations" de salaires "assez significatives l'année prochaine".

À lire

La Tribune de l’Hôtellerie
La Tribune de l’Hôtelleriehttps://latribunedelhotellerie.com
Le portail francophone dédié aux dirigeants du secteur de l'Hôtellerie Restauration internationale. Une tendance, une ouverture, une nomination ? La Tribune de l'Hôtellerie ! Pour tout connaître, tout voir et tout anticiper. #Actualités hôtelières #Hospitality News #Actualité hôtellerie

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, entrevoit « forcément » des augmentations de salaires en début d’année prochaine, étant donné les difficultés du recrutement, a-t-il expliqué ce mercredi sur Franceinfo.

Leur sujet numéro un, ça n’est plus la pandémie, c’est le recrutement

« Je suis très frappé : tous les patrons que j’ai vus cet été, même avant l’été, leur sujet numéro un, ça n’est plus la pandémie, c’est le recrutement », a rapporté le président de la première organisation patronale française.

« Vu les difficultés de recrutement », particulièrement fortes dans les services, dont la restauration et l’hôtellerie, et le bâtiment, « il y aura forcément des augmentations (de salaires) assez significatives l’année prochaine », a estimé M. Roux de Bézieux, alors que les négociations salariales se déroulent en général en début d’année.

Le président du Medef était interrogé sur une déclaration du ministre de l’Economie Bruno Le Maire lundi sur France 2, qui avait invité à « se reposer la question de la meilleure rémunération » afin que la croissance « profite à tout le monde, sans exception, même les plus faibles, même les moins qualifiés, tous ceux qui ont été aux avant-postes de la crise ».

Salaires, primes, intéressement, participation…

« Ca peut passer par les salaires, ça peut passer par les primes, ça peut passer par l’intéressement, la participation, l’actionnariat salarié que nous avons défendu massivement depuis le début de ce quinquennat », avait avancé le ministre. (…) Lire la suite sur Le Progrès

- Publicité -spot_img
spot_img

Dernières infos