sam 25 mai 2024,
14.8 C
Paris

Canada | Forte hausse des droits d’accise sur les alcools pour les restaurants et bars

Le secteur canadien de la restauration se prépare à la plus forte augmentation des droits d’accise sur l’alcool au pays en plus de 40 ans, ce qui l’a incitée à lancer des avertissements pour prévenir que cette hausse de taxes pourrait entraîner la fermeture de certains bars et restaurants.

À lire

La Tribune de l’Hôtellerie
La Tribune de l’Hôtelleriehttps://latribunedelhotellerie.com
Le portail francophone dédié aux dirigeants du secteur de l'Hôtellerie Restauration internationale. Une tendance, une ouverture, une nomination ? La Tribune de l'Hôtellerie ! Pour tout connaître, tout voir et tout anticiper. #Actualités hôtelières #Hospitality News #Actualité hôtellerie

La taxe fédérale sur les boissons alcoolisées doit augmenter de 6,3 % le 1er avril.

Les droits d’accise sur l’alcool sont imposés à la fabrication et ajustés annuellement en fonction de l’inflation.

« Il est imposé au point de production et payé par le fabricant, ce qui signifie qu’il est intégré au prix du produit et amplifié tout au long de la chaîne d’approvisionnement, du distributeur au détaillant », a-t-il précisé.

Le triple de la hausse habituelle

(…) « Lorsque l’inflation défonce le plafond, nous devons repenser cette formule automatique, a estimé M. Hélie. Le secteur est déjà dans une situation désespérée. Utiliser une formule rigide à une époque comme celle-ci est inacceptable. »

(…) Mais le groupe industriel Restaurants Canada a souligné que cela coûterait à l’industrie canadienne de la restauration environ 750 millions par an, le restaurant décontracté moyen devant payer 30 000 $ de plus pour l’alcool.

Hausse des prix au détail à prévoir

Un récent sondage de Restaurants Canada a révélé qu’environ la moitié des restaurants titulaires d’une licence au Canada fonctionnent tout juste au niveau de la rentabilité, ou en dessous.

C’est en partie parce que les restaurants absorbent une partie des coûts plus élevés attribuables à l’inflation, a expliqué M. Bourbeau.

« Les restaurants ne peuvent plus absorber d’augmentations de prix, a estimé M. Bourbeau. Mais s’ils répercutent ces coûts sur les clients, cela pourrait nuire à leur entreprise. » (…) Lire la suite sur La Presse

SourceLa Presse
- Publicité -spot_img
spot_img

Dernières infos