ven 14 juin 2024,
15.9 C
Paris

Polémique, Billet d’humeur | Grève au Mont-Saint-Michel, 365 marches de trop !

Depuis le 26 décembre 2023, les employés de l’ Abbaye du Mont-Saint-Michel sont en grève. Un reportage TV a eu le don d’énerver Thomas, directeur d’un 40 chambres classé 4*. Il nous a adressé son billet d’humeur.

À lire

La Tribune de l’Hôtellerie
La Tribune de l’Hôtelleriehttps://latribunedelhotellerie.com
Le portail francophone dédié aux dirigeants du secteur de l'Hôtellerie Restauration internationale. Une tendance, une ouverture, une nomination ? La Tribune de l'Hôtellerie ! Pour tout connaître, tout voir et tout anticiper. #Actualités hôtelières #Hospitality News #Actualité hôtellerie

À la lecture des gros titres de la presse nationale et après voir vu un reportage sur une chaîne d’information en continu, les bras -je devrais dire les pieds !- m’en sont tombés ! Les salariés du Mont-Saint-Michel se plaignent de leurs conditions de travail, du froid, de l’humidité !

Selon Sabrina, syndicaliste Sud, interrogée par le journaliste de BFM, « tout le monde n’est pas capable de travailler au Mont’ ! » 🧐 car travailler au Mont-Saint-Michel exige « cardio’ extraordinaire et endurance physique»😂. À l’entendre, j’ai l’impression que pour se préparer, Thomas Pesquet 🚀👨‍🚀est passé par le Mont’. Un grand moment à découvrir à partir de la 35ème seconde du reportage video.

Depuis 15 ans, je suis le « petit » Directeur d’un « petit hôtel » installé au cœur d’une ville à la gloire textile passée et n’ayant pas la chance d’avoir un monument classé au patrimoine mondial de l’Unesco, Merveille du Monde. Nous, ma « petite » équipe de douze personnes et moi-même, nous battons tous les jours pour faire de notre hôtel un espace de détente, de repos et de plaisir pour nos clients.

Hors, ce samedi matin de janvier, en arrivant à l’hôtel comme d’habitude à 7 heures histoire de faire un petit coucou au night’ avant qu’il ne soit relevé par la réceptionniste en ouverture, je vois bien sa mine renfrognée. Je le salue  comme d’habitude avec un grand sourire et lui me répond un « bonjour Monsieur » sans conviction ni enthousiasme. Jared, What’s going on ?

Je me rends alors  au bureau de la gouvernante en empruntant l’escalier ( en colimaçon et ciré régulièrement) pour ne pas occuper l’ascenseur des clients allant déjeuner.
La gouvernante arrivée à 6h45 pour prendre connaissance de la « rooming list »me briefe alors sur le malaise : depuis l’intervention télévisée de « la Sabrina, la dame du Mont’ », les femmes de chambre ayant eu vent du salaire et des horaires des employés (merci les réseaux) cherchent désespérément à entrer en contact avec le DRH de la société du Mont-Saint-Michel. Elles’en ont marre de pousser les chariots de linge entravés par les plateaux « room » mis au beau milieu par des clients « tête en l’air », marre de passer l’aspirateur, de nettoyer les marbres salle de bain et les toilettes, d’épousseter et taper les coussins, changer les draps, vérifier le mini bar, les produits d’accueil, aller à la « chute » avec au quotidien des efforts physiques pour porter, tirer, soulever et ce, sans compter la toxicité de certains produits lessiviels et les poussières en suspension lors de l’entrée en chambre…

Au restaurant, le maître d’hôtel petit déjeuner  m’a aussi demandé le contact du « Mont’ » pour postuler : entre la gestion des plannings, le contrôle avec le chef de l’arrivage du frais au petit matin, les horaires en coupure, le coup de feu, le nettoyage de la salle, des couverts, et comble de tout,  le service qui nécessite de marcher (il évoque 2000 pas par jour !) et la gestion de la caisse, il souhaiterait participer également à l’expédition hymalayesque du Mont Saint-Michel !

Dernier tour en cuisine où le chef fait grise mine : sa brigade a aussi postulé au Mont’ en ayant entendu les arguments du Maître d’hôtel devenu Maître des horloges !

Les 365 marches « chemin de croix » de Sabrina me semblent peu de choses eu égard au quotidien des collaborateurs. Certes, je comprends que la Passion ne soit pas le quotidien de tous mais parfois, la décence s’impose ». Épilogue comique du reportage : pour améliorer les conditions de travail, on s’attendait à un monte-escaliers😂, des chaussures sur-mesure, des séances avec un coach sportif ou tout simplement un tapis roulant mécanique🤣 mais rien de tout cela. Le Secrétaire Général du site, conciliant, a proposé … la création de deux postes ! 🤔🤨 Un premier de cordée et son coach ?

Bien évidemment, mon tour matinal de l’hôtel bien que réel et quasi permanent n’a pas rencontré l’hostilité des équipes comme cela est illustré dans mon récit. Bien au contraire, Sabrina, personnage bien réel, nous a bien fait rire 😂 🤣 🤭 . Encore merci Sabrina pour ce moment de détente hors sol !

Thomas J. Directeur d’hôtel****

 

 

- Publicité -spot_img
spot_img

Dernières infos