mar 6 décembre 2022
4.4 C
Paris

Syndicat | Après la pénurie de main d’oeuvre, un nouvel orage à l’horizon : la hausse des coûts de l’énergie !

Le chef Thierry Marx, élu fin octobre à la présidence de l'Umih, a pointé du doigt les fournisseurs d'énergie "qui font pression" sur les entreprises du secteur avec "des augmentations inconsidérées"...

Must read

Alors que l’hôtellerie-restauration, comme beaucoup de secteurs, souffre de la hausse des prix de l’énergie, Thierry Marx, élu fin octobre à la présidence de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), a alerté sur sur les difficultés auxquelles les entreprises du secteur font face, tout en pointant du doigt les fournisseurs d’énergie « qui font pression » avec « des augmentations inconsidérées ».

« La pression doit changer de camp pour que les fournisseurs d’énergie prennent leur part de responsabilité et d’effort dans cette crise », a estimé le chef étoilé, en ouvrant ce mardi le 70ème congrès du principal syndicat patronal de l’hôtellerie-restauration, qui se tient à Brest.

Dans un entretien accordé à ‘France 3 Bretagne’, il évoque également un impact qui « risque d’être terrifiant ». « On voit bien que le poids de l’énergie est trop fort, les factures ont été multipliées par huit, voire dix« , a regretté le nouveau président de l’organisation.

Le remboursement des PGE « plombé par le coût de l’énergie »

S’il dit remercier l’Etat, qui a fait « le nécessaire sur la crise sanitaire » pour que les entreprises du secteur puisse obtenir des prêts garantis par l’Etat (PGE), Thierry Marx a souligné que « le remboursement est largement plombé par le coût de l’énergie », expliquant que « les professionnels ne pourront pas assurer les deux ». Dans ce contexte, il demande au gouvernement de rallonger la durée de remboursement des PGE (…) Lire la suite sur Boursier.com

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »